patientez

Veuillez patienter .......
jeudi 11 février 2016
Toute l'actualité de la Fédération Française des Sociétés de Courses de Lévriers
.: Journal de la FÉDÉ :.
L'Homme a inventé la Formule 1, la Nature, elle, avait déjà créé le Lévrier...
Anciens articles
Auteur : WEBMESTRE
Date : 01/01/2016
Bonne Année 2016
Lire l'article
fermer
Date : 01/01/2016
Bonne Année 2016
Illustration
T

ous les membres de la Fédération vous souhaitent à toutes et à tous une bonne et heure année 2016.

 

Que de nombreuses victoires ponctuent cette année et vous remplissent de joie.

 

 

Auteur : WEBMESTRE
Auteur : CHARLOT
Date : 20/12/2015
Vive les vacances
Joyeux Noël et Bonnes Fêtes
Lire l'article
fermer
Date : 20/12/2015
Vive les vacances
Illustration
Joyeux Noël et Bonnes Fêtes
A

près une belle année 2015, voici venir la saison des fêtes. Habituellement le temps est plus frais, voire même froid, mais cette année, les derniers mois semblent nous dire : "Faites attention, le climat se réchauffe !".

Je vous souhaite donc de profiter de la belle saison qui continue et de passer de bonnes fêtes.

 

à l'année prochaine...

Auteur : CHARLOT
Auteur : Méridionale
Date : 21/08/2015
CHAMPIONNAT 2015
Toulouse 19-20 septembre
Lire l'article
fermer
Date : 21/08/2015
CHAMPIONNAT 2015
Illustration
Toulouse 19-20 septembre
L

a société Méridionale a le plaisir d'organiser cette année, le Championnat de France 2015 de la Fédération.

Il se déroulera le 19 et 20 septembre sur le cynodrome de Sesquières à Toulouse.

Vous trouverez toutes les informations :

  • Date et heure de rendez-vous
  • Restauration
  • Hébergement

sur la page du Championnat de ce site.

La feuille de réservation des repas et place de camping est en pièce jointe.

télécharger le document joint
Auteur : Méridionale
Auteur : MIR-SABOUA
Date : 02/08/2015
MASTER LUCHON
Samedi 8 et dimanche 9 août 2015
Lire l'article
fermer
Date : 02/08/2015
MASTER LUCHON
Samedi 8 et dimanche 9 août 2015
O

uvert à tout lévrier, mâle et femelle, dont le propriétaire possède une licence à jour, un carnet de courses, à jour de ses vaccins, et qui ne soit pas sous le coup une suspension.

Le Master se fera mâles et femelles séparés pour les whippets. Les autres races, et les vétérans whippets courses mixte.

  • Catégorie Mâle Whippet sans catégorie de poids.
  • Catégorie Femelles Whippet sans catégorie de poids.

Afin de n'éliminer aucun lévrier engagé, le nombre de participants sera limité à 48 whippets mâles et 48 femelles.(La société se garde le droit de modifier, les dernières finales mâles et femelle si le nombre ne permet pas de course complète.)

  • Catégorie Greyhound: Si le nombre le permet demi-finale samedi et finale le dimanche.

 

Pour les vétérans:( lettres A,B,C,D) si le nombre le permet et demi-finale le samedi et finale dimanche, sinon finale direct le dimanche.

Déroulement des deux jours:

  • Samedi:
    • 9h30 Début des duo des Whippets, afin d’établir un chrono pour monter les demi finales de catégories (A,B,C,D...)
    • 14h30: Début des demi-finale à Pari-mutuel!!
  • Dimanche 09.
    • 14h30: Début de toutes les finales du Master à Pari-mutuel.

 

Si le nombre de finales est trop important la société pourra faire courir des finales le dimanche matin à partir de 11 heures.

Le contrôle vétérinaire se fera le vendredi de 17h30 à 19 heures et le samedi de 8 heures à 9 heures.

 

Possibilité de camper sur le cynodrome au prix forfaitaire de 20 €, eaux, électricité comprises réservation à l'engagement.

 

Restauration sur place.

Réservation obligatoire à l'engagement pour les repas du vendredi et du samedi soir, le midi restauration rapide.

 

Engagement à adresser à Monsieur Naviaux Thierry, 398 chemins de la Mandre 82370 Saint Nauphary.

  • Mail: n.thierry@hotmail.fr
  • Tel: 06 34 05 82 06

 

Tarif d'engagement: 20 € par lévrier, 15 € à partir du troisième lévrier

Greyhound, Vétérans et autres race 15 €.

 

Fermeture des engagements: Mercredi 05 août a 14H.

Auteur : MIR-SABOUA
Auteur : WEBMESTRE
Date : 18/06/2015
Festivité à POMPADOUR
Réunion annuelle à Pari Mutuel à Pompadour le 14 juillet 2015
Lire l'article
fermer
Date : 18/06/2015
Festivité à POMPADOUR
Réunion annuelle à Pari Mutuel à Pompadour le 14 juillet 2015
V

oici le programme définitif de la journée à Pari Mutuel du 14 Juillet 2015 à POMPADOUR!

  • 10h30 1ère course : prix MANUFACTURE LIMOUSINE DE CLOTURES
  • 11h00 2ème course : prix SICAME et MECATRACTION
  • 11h30 GALA DE DANSE ( parquet devant les tribunes )

 

  • 12h00 SARDINADE animée par la Bandas LES BRAS’RIENT ( 10 € )

 

  • 14h15 3ème course : prix AXA ASSURANCES
  • 14h45 4ème course : prix COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU PAYS DE POMPADOUR
  • 15h15 5ème course : prix BRASSERIE LES REMPARTS et GROUPE ALAIN PAROT
  • 15h30 GALA DE DANSE ( parquet devant les tribunes )
  • 16h00 SPECTACLE EQUESTRE ( sur la piste devant les tribunes )
  • 16h30 6ème course : prix VILLE DE POMPADOUR- SOUVENIR Jean Pierre MÉGIE
  • 17h00 7ème course : prix IMMONOT.COM
  • 17h30 8ème course : prix CREDIT AGRICOLE et INTERMARCHE

 

Pour des raisons de logistique, les engagements seront clos le dimanche 05 Juillet à 20 heures!!

N'oubliez pas de préciser, si vous ne voulez pas que votre lévrier effectue deux courses!!

Engagement auprès de :

  • Mr Naviaux Thierry: 06 34 05 82 66,
  • Cathia Castillo: 06 89 47 03 12
  • Mr Mir-Saboua Martial: 06 08 11 40 34 (laissez un message).

 

 

Auteur : WEBMESTRE
Auteur : KLEIN
Date : 23/03/2015
REGLES DE TRANSPORT D'ANIMAUX
Résumé de l'article
Lire l'article
fermer
Date : 23/03/2015
REGLES DE TRANSPORT D'ANIMAUX
Résumé de l'article
L

e règlement (UE) n°576/2013 abroge et remplace le règlement (CEE) n°998/2003.

Il est applicable depuis le 29 décembre 2014.

LES ÉVOLUTIONS LORS DES ECHANGES NON-COMMERCIAUX

L'accompagnant

• L'animal se déplace avec son propriétaire, dans le cadre d'un voyage d'agrément.

• Le mouvement ne vise en aucun cas une vente ou un transfert de propriété.

L'animal peut également voyager avec une personne autorisée, cette dernière est alors munie d'une attestation écrite du propriétaire (visé comme tel dans le passeport pour animal de compagnie).

Un nombre maximal d'animaux

Dorénavant, le nombre maximal de chiens autorisés à accompagner leur propriétaire est de 5. Au delà, les dispositions liées aux échanges commerciaux s'appliquent.

LA VACCINATION ANTIRABIQUE

Pour être reconnue valide, la primo-vaccination antirabique devra être réalisée à partir des 12 semaines des animaux. L'âge minimal de la primo-vaccination est donc dorénavant harmonisé au sein de l'ensemble des États membres.

Le délai de mise en place des anticorps est d'un minimum de 21 jours. Cette donnée sera intégrée, lors de la primo-vaccination, dans le passeport de l'animal par le vétérinaire et servira de référence lors des contrôles.

En rappel : la France n'autorise pas l'entrée, ni le transit, sur son territoire de carnivores domestiques non valablement vaccinés contre la rage. Elle ne retient donc pas les dispositions dérogatoires prévues par certains États membres.

LES CONDITIONS COMPLEMENTAIRES LORS DES ÉCHANGES COMMERCIAUX

(DIRECTIVE 92/65/CEE MODIFIÉE)

Lors d'un échange à caractère commercial, les animaux :

• sont soumis à une visite vétérinaire, consignée dans la rubrique adéquate du passeport,

permettant d'attester de leur bonne santé et de leur aptitude à voyager 48 heures (au lieu de 24 heures actuellement) avant le départ,

• un certificat TRACES est délivré et accompagne les animaux durant le transport.

 

NOUVELLES RÈGLES

NOUVEAU PASSEPORT

Le passeport actuel reste valable s'il a été délivré avant le 29 décembre 2014. En revanche, tout nouveau passeport délivré APRÈS le 28 décembre 2014 devra être conforme au modèle du règlement (UE) n°577/2013.

Les évolutions

• Il sera demandé au propriétaire de signer le passeport.

• La rubrique identification sera dorénavant sécurisée par l'application d'un film autocollant transparent couvrant intégralement la page, afin d'éviter toute falsification.

Cette sécurisation s'applique également à toute vignette autocollante, apposée dans les autres rubriques du passeport, qui ne s'autodétruit pas en cas de retrait, un film adhésif transparent doit alors être apposé sur cette vignette.

• La rubrique relative à la vaccination antirabique comprend désormais 3 dates :

1 - la date de la réalisation de la vaccination,

2 - la date de la validité de la vaccination (qui prend en compte la période de mise en place de l'immunité, non requise en cas de rappel),

3 - la date de fin de validité de la vaccination antirabique.

Le nom, l'adresse et le numéro de téléphone du vétérinaire ayant pratiqué la vaccination doivent figurer en plus de la signature.

DISPOSITIONS PARTICULIÈRES POUR LES ANIMAUX PARTICIPANT À DES CONCOURS OU EXPOSITIONS

Le nombre de 5 animaux peut être dépassé sous réserve qu'ils soient âgés de plus de 6 mois ET que le propriétaire (ou la personne autorisée) présente une preuve d'enregistrement à un événement mentionné ci-dessus.

 

Auteur : KLEIN
Auteur : KLEIN
Date : 21/03/2015
LES NOUVEAUX ENJEUX DE L’ELEVAGE CANIN
par le Docteur F. MAISON
Lire l'article
fermer
Date : 21/03/2015
LES NOUVEAUX ENJEUX DE L’ELEVAGE CANIN
par le Docteur F. MAISON

 

Jamais notre monde n’a évolué aussi rapidement. Ces dernières décennies, les changements profonds de la société à un rythme jusqu’à là inconnu. Ce n’est pas seulement notre mode de vie qui s’est transformé en devenant de plus en plus urbain, coupé de nos racines rurales, mais également notre conception de la vie, du bonheur et de la place de l’animal dans notre société.

Le chien tient une place prépondérante dans le cercle familial. Dans une étude récente, plus de la moitié des foyers propriétaires d’un chien considéraient ce dernier comme un membre à part entière de la famille au même titre qu’un cousin, une grand-mère ou un enfant. Cela en dit long sur les relations particulièrement intenses qui peuvent se nouer entre des individus d’espèces différentes. La barrière d’espèce, en ce qui concerne le chien tout du moins, semble bien être en train de disparaître.

Au cours des ces trente dernières années de pratique de la médecine vétérinaire en clientèle, j’ai observé une évolution importante dans les rapports maîtres-animaux. Ce qui semblait extrême et caricatural il y a encore 25 ans est sur le point de devenir la norme. Il est difficile de porter un jugement sur cela, on ne peut que constater ce resserrement de la cellule familiale, qui devient exclusive et restreinte aux plus proches, humains ou animaux, et indifférente aux souffrances du monde extérieur. Je me souviens de ce propriétaire d’une souris que j’avais en soins qui dépensait de l’argent pour soigner sa protégée et qui, dans le même temps, répandait abondamment du souricide dans sa maison pour tuer les hôtes indésirables. Il n’y a pas de place pour les non élus. Cet attachement extrême et cette disparition de la barrière d’espèces a bien évidemment des conséquences importantes sur le plan comportemental.

Les jeunes propriétaires en savent plus élever un chiot, l’éduquer. Ils n’ont pour la plupart, aucune idée de ce qu’ils doivent faire, ce qui conduit souvent à des situations difficiles, parfois même dangereuses. Les écoles du chiot sont devenues en quelques décennies, un passage obligé et indispensable pour tout propriétaire alors qu’elles auraient fait rire les anciens. Le chien peut dormir sur ses deux oreilles, sa place n’est en rien menacée dans notre société mais, dans la grande ignorance des propriétaires quant à ses besoins vitaux et leur absence totale de réactions adéquates et appropriées, le travail d’accompagnement par des professionnels ainsi qu’une règlementation bien définie, joueront de plus en plus un rôle primordial. La possession d’un carnivore domestique doit et devra être suivie et encadrés.

Dans les séances de formation à l’élevage canin que j’assure parfois, je rencontre des novices qui n’ont aucune notion de ce qu’est l’élevage et une connaissance très limitée de l’espèce qu’ils désirent élever. Certains découvrent au cours de ces formations que le chien est un carnivore vivant en groupe. Cela n’est pas choquant en soi, ce qui l’est plus c’est d’apprendre que deux ans après, ils sont à la tête d’une meute de 15 adultes ! L’élevage est l’œuvre d’une vie, un long travail d’observation, un univers dans lequel on doit entrer progressivement et avec humilité.

Après 30 années d’élevage, j’ai le sentiment de n’être sûr de rien. J’apprends tous els jours. Chaque portée est différente et, au fur et à mesure que le temps passe, je suis confronté sans cesse à de nouvelles difficultés, de nouveaux problèmes. L’espèce canine est une espèce complexe de par sa diversité d’abord. C’est difficile de parler de l’élevage du chien en général quand on sait combien certaines races sont différentes, autant au niveau physiologique que comportemental. Quand on enseigne, on dispense des informations généralistes mais les éleveurs savent bien que les particularités raciales sont bien souvent très importantes et que ce qui est écrit dans les livres ne peut s’appliquer tel quel à la race qui les concerne. Même au sein d’un groupe racial, les différences peuvent être non négligeables alors pour des races très différentes, je vous laisse imaginer ! A se demander si on la même espèce ! Les éleveurs multi-races le savent, ce qui est bon pour l’une peut être à proscrire pour l’autre.

On a souvent tendance à oublier que Le chien est une espèce sociale et que la présence de congénère est indispensable à son bien-être. Trop d’éleveurs acceptent de vendre des chiots promis à une vie en solitaire, ce qui représente, dans la grande majorité des cas une source de stress et d’anxiété. Aimer un animal, c’est surtout lui offrir une vie compatible avec ses besoins spécifiques. On ne me fera jamais croire qu’un chien peut être heureux en vivant seul (j’entends sans congénères) de 8h du matin à 17h. Et pourtant c’est le lot de nombreux chiens dits « de compagnie ». Pour ne pas se sentir seul, nous, humains, sommes souvent prêts à être maltraitants sans même nous en rendre compte. Aimer un animal, c’est aussi renoncer à le prendre si les conditions de vie ne sont pas satisfaisantes. Une autre espèce comme le chat pourra dans certain cas être un substitut et tromper l’ennui du chien mais dans bien des cas, il est laissé seul une grande partie de la journée. Combien d’éleveurs se préoccupent de cela au moment de la vente du chiot ? A partir du moment où la nouvelle famille semble financièrement à l’aise et accueillante, on considère que le chiot est tombé sur une « bonne famille ». La vérité n’est pas aussi simple et un chien peut « souffrir » de longues années en silence avant d’avoir les conséquences comportementales ou physiques apparaître.

Depuis quelques décennies, nous avons également occulté le comportement alimentaire normal d’un canidé. Ce carnivore prédateur opportuniste, nécrophage et coprophage doit se contenter de ce qu’il trouve et, comme à l’état sauvage les prises ont rares, en consommer de grosses quantités quand une occasion se présente.

La base de son alimentation est carnée. Depuis l’utilisation quasi exclusive de la nourriture déshydratée (croquettes), nous nourrissons nos carnivores domestiques avec de la poudre de protéines cuites de qualité plus ou moins bonne, alors qu’il a été sélectionné par dame nature pendant des millénaires pour ingurgiter de grosses quantités de viande crue. Qui plus est, pour compenser les difficultés d’approvisionnement en protéines animales et diminuer le prix des aliments, les industriels incorporent des quantités croissantes de protéines d’origine végétale dont on sait qu’elles ne peuvent suffire, à elles seules, à couvrir les besoins spécifiques en acides aminés des carnivores. Un jour prochain, la raréfaction et le coût croissant des protéines animales nous amèneront à envisager l’abandon de leur utilisation dans les aliments industriels au profit des protéines végétales. Pouvons-nous envisager une telle transition sans courir le risque de voire apparaître des carences importantes que l’on rencontre déjà avec l’utilisation d’aliment bas de gamme. Heureusement pour nous, la tolérance digestive de nos chiens est grande et ils sont capables, jusqu’à un certain point, de s’adapter à ce changement de régime mais cela aura une limite. Il est celui que l’on a choisi, mais il faut également qu’il soit semblable en tous points aux quelques références que l’on a de la race. Le chien est devenu un bien comme un autre, tel un téléphone portable. Inutile de se distinguer en choisissant une race méconnue, on veut le chien à la mode, celui que l’on voit partout. Le chien devenu accessoire de mode façonne notre image et nous fat rentrer dans tel ou tel groupe social. Il suffit de se promener dans une exposition pour se rendre compte que se côtoient des univers totalement différents qui ne se mélangent guère même s’ils ont en commun un intérêt pour al même espèce. Cela est une particularité du monde canin qui se distingue du monde félin, beaucoup moins hétérogène.

Le nouveau propriétaire n’a pas même pas idée du rôle qu’il va jouer dans l’évolution de son protégé. Il pense qu’à partir du moment où il remplit sa gamelle de croquettes, qu’il effectue bien les rappels vaccinaux, son petit chiot va se transformer au bout d’un an en ce magnifique champion, gentil et équilibré qu’il a croisé un dimanche pluvieux dans les allées d’une exposition canine. Les choses ne sont malheureusement pas si simples quand il s’agit d’être vivant mais cette conception de l’animal objet, même si le législateur vient de lui octroyer depuis peu le droit d’être sensible, tend à se généraliser dans la société et même devant les tribunaux.

La tâche de l’éleveur n’est donc pas aisée. Le niveau d’expérience de ses clients baisse et on lui demande de compenser ces déficiences. Ce qui est sûr, c’est que l’éleveur doit sélectionner ses chiens mais également ses acheteurs. Chanceux sont les éleveurs de race à forte demande, pour les autres, ils sont parfois obligés de « laisser partir » là où il ne faudrait pas ! Nos prédécesseurs, éleveurs du 19e siècle ou de la première moitié du 20e , ne reconnaîtraient pas le monde cynophile actuel où l’utilisation du chien tend à disparaître pour devenir exclusivement ou presque des chiens de compagnie avec certes, quelques substituts de travail pour aider à la sélection et se donner bonne conscience. Mais soyons plus réalistes, nous savons tous qu’une race qui n’a plus d’utilisation a peu de chance, pour ne pas dire aucune, de trouver la voie du travail. La sélection s’en trouve affectée. Heureusement la science et sa fille la technique, mettent à notre disposition un nombre croissant de tests et dépistages qui nous permettent dans une certaine mesure, de compenser l’absence du terrain dans la sélection. Au fil du temps la sélection, aux mains d’une multitude de petits éleveurs sans expérience, a perdu de sa rigueur. Les motivations des éleveurs sont diverses et variées mais l’appât du gain est indéniablement contradictoire avec la sélection. Fini le temps des aristocrates éleveurs qui ne gardaient que quelques chiots pour perpétuer la race et les échanger avec leurs amis ! La tâche des éleveurs et des responsables de clubs de race n’est pas aisée. Ils doivent faire le tri parmi tout ce que les scientifiques leur proposent et opter pour les outils qui sont vraiment utiles à leur race. Cela demande un minimum d’expérience, ce qui fait défaut dans une cynophile où tout le monde veut élever au bout de deux ou trois ans, et arrête après dix ans. La science, entre des mains avisées, peut sauver des races mais à l’inverse en précipiter dans le gouffre si elle est utilisée à mauvais escient.

Je ne sais s’il faut être optimiste ou pessimiste pour l’avenir de nos races. Heureusement, nous élevons une espèce particulièrement résistante et tolérante qui peut supporter nos erreurs dans une certaine mesure. Ce qui est sûr, c’est que nous vivons actuellement des bouleversements qui entraînent une mutation de l’élevage canin. La science et la législation se sont immiscées et se sont imposées de façon pérenne dans cette activité et nous devons faire avec, car elles sont globalement positives et nous ne pourrions nous en passer. Soyons néanmoins vigilants à ce qu’elles restent des outils et ne deviennent pas prépondérantes. L’élevage est intuitif et instinctif. L’élevage est un art.

 

Auteur : KLEIN
Auteur : WEBMESTRE
Date : 01/02/2015
Pour faire courir un lévrier
Conditions pour faire courir un lévrier à pari mutuel
Lire l'article
fermer
Date : 01/02/2015
Pour faire courir un lévrier
Illustration
Conditions pour faire courir un lévrier à pari mutuel
C

et article s'adresse aussi bien aux propriétaires qu'aux responsables des sociétés. Il rappelle les conditions et les documents nécessaires pour obtenir le CAC et participer aux courses à pari mutuel.

  • Tout d'abord, le propriétaire doit avoir une Autorisation à Faire Courir (AFC). Celle-ci est délivrée par la Fédération sur avis favorable des services compétents du ministre de l'intérieur (voir Article 6.6 du code des courses).

Le délai d'obtention de cette AFC pouvant atteindre deux mois, nouveau propriétaire n'attendez pas pour en faire la demande.

  • Ensuite chaque lévrier doit passer son Certificat d'Aptitude à la Course (CAC).

Il s'agit de trois épreuves (Article 5.3 du code des courses):

  1. Une course en solo : départ dans les boîtes, faire le tour de la piste en montrant son intérêt au leurre.
  2. Une course en groupe : minimum deux accompagnants, un de chaque côté, de même valeur si possible, départ dans les boîtes, le lévrier à qualifier doit manifester son intérêt au leurre et doit se désintéresser de ses compagnons !
  3. Une 2nde course en groupe : obligatoirement un autre jour, et mêmes conditions.

Le propriétaire doit présenter les papiers suivants (original plus une photocopie lisible) au Commissaire Principal faisant passer le CAC (Article 5.1) :

  1. Pedigree définitif ou Certificat de Naissance précisant l'inscription à un Livre d'Origine du pays de naissance et reconnu par le ministère de l'agriculture;
  2. Le certificat d'identité génétique et si possible le certificat de filiation;
  3. Le certificat d'identification délivré par l'organisme gestionnaire des identifications du pays de résidence du propriétaire (ICAD pour la France);

 

La demande d'inscription du lévrier dans le fichier de la fédération doit parvenir minimum 8 jours avant la première course. Tout dossier incomplet sera refusé.

Enfin pour être autorisé à participer à une course à pari mutuel, le propriétaire doit être titulaire d'une licence prise dans une des Sociétés affiliées à la Fédération.

 

Un remerciement à Kinou pour la superbe photo prise à Toulouse le 18 janvier.

Auteur : WEBMESTRE
Gazouillons